10 choses à savoir sur la pilule du lendemain

Quand on oublie de prendre sa pilule ou si le préservatif craque, une femme court le risque de tomber enceinte, surtout si elle est en période d’ovulation. Si elle estime que le risque est trop important, son gynécologue lui recommandera la pilule du lendemain.

Mais en quoi consiste cette pilule ?
Est-elle dangereuse ?
On vous dit tout.

1. Qu’est-ce qu’une pilule du lendemain ?

Une pilule du lendemain est un médicament, fortement dosé en progestérone, qui agit différemment selon le moment où elle est prise.
Si le rapport sexuel a eu lieu avant l’ovulation, la pilule du lendemain repoussera l’ovulation et évitera ainsi tout risque de fécondation.
Si le rapport sexuel a eu lieu après ou pendant l’ovulation, alors la pilule du lendemain empêchera la nidation. Elle aura alors une action abortive.

2. Quelle pilule du lendemain choisir ?

Il existe deux pilules différentes.

Si vous n’avez pas encore ovulé, vous pouvez vous tourner vers le lévonorgestrel (Norlévo®). Ce médicament n’est efficace que s’il est pris dans les 72 heures qui suivent le rapport sexuel. Pour plus d’efficacité, prenez-la dans les 24 heures.

La deuxième pilule est l’ulipristal (ELLAONE®), elle sera efficace si votre rapport a eu lieu après ou pendant votre ovulation. Cette pilule peut être prise jusque dans les cinq jours suivant le rapport sexuel.

3. À qui est destinée la pilule du lendemain ?

La pilule du lendemain est recommandée aux femmes qui ont oublié de prendre leur pilule ou celles qui ont eu un rapport sexuel non protégé. En cas d’accident, si le préservatif glisse ou se déchire par exemple, elle peut également s’avérer utile. Cette pilule, comme toutes les pilules, ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles. Seul le préservatif est efficace en la matière.

4. Quand prendre la pilule du lendemain ?

Plus elle sera prise tôt, plus la pilule du lendemain sera efficace. On appelle cette pilule “contraception d’urgence”, ce qui veut bien dire qu’elle ne peut en aucun cas être utilisée comme un moyen de contraception classique.

5. Comment la prendre ?

La pilule du lendemain se présente sous la forme d’un comprimé. Elle se prend donc par voie orale.

6.Où la trouver ?

C’est en pharmacie que vous pourrez vous procurer une pilule du lendemain. Vous en trouverez également dans les centres de planning familial, dans les hôpitaux publics ou privés et dans les infirmeries des collèges et lycées.
On ne vous demandera aucune ordonnance pour le lévonorgestrel (Norlévo®).
Si vous souhaitez l’ulipristal (ELLAONE®), vous devrez vous rendre chez votre médecin pour qu’il vous fasse une ordonnance. En cas de doute, demandez conseil a votre médecin ou au pharmacien.

7.Faut-il s’attendre à des effets secondaires indésirables ?

Cette pilule n’est pas dangereuse mais elle pourra entraîner certains effets secondaires.
Vous pourrez notamment saigner dans la semaine qui suit la prise de cette contraception d’urgence.
Vous pourrez également souffrir de vomissements, de nausées, de maux de ventre, de fatigue, de vertiges ou encore de maux de tête (vertiges).
Retard de règles (elle peut perturber votre cycle menstruel) , tension au niveau des seins.
Si vous vous sentez vraiment mal, rendez-vous chez votre médecin.

8.Quel est le taux de réussite de cette pilule ?

Si le lévonorgestrel est pris dans les 12 heures, il sera fiable à 95 %. Dans les 24 heures ou plus, il sera fiable à 58 %.
L’ulipristal est le plus efficace.

9.Et après ?

Après avoir pris une pilule du lendemain, vous devrez vous rendre chez votre gynécologue afin qu’il vous prescrive une contraception adaptée à votre mode de vie.

10. LA PILULE DU LENDEMAIN REND STÉRILE ?

L’idée reçue selon laquelle la pilule du lendemain rend les femmes stériles à la dent dure. C’est faux : la prise, même répétée, d’une contraception d’urgence ne nuit pas à la fertilité. Pour autant, elle ne doit pas être envisagée comme une solution de contraception sur le long terme.

À NOTER
Les saignements post pilule du lendemain ne sont pas des règles mais des effets secondaires. On peut les avoir et être enceinte. Dans tous les cas, il est impératif de faire un test de grossesse dès 3 semaines après le rapport pour voir ce qu'il en est. Il ne faut surtout pas calculer par rapport à la date des règles pour le test : il faut compter depuis la date du rapport.

Author Profile

Allen Nathalie
Allen Nathalie
Infirmière spécialiste en éducation thérapeutique