Méningite Purulente

Définition

La méningite est l’ inflammation de la pie-mère et de l’arachnoïde (les deux feuillets internes des méninges) avec suppuration du liquide céphalorachidien. Les modalités de l’infection restent souvent inconnues. Deux mécanismes peuvent permettre aux germes à tropisme méningé (méningocoques, hémophilus, pneumocoques…) de pénétrer dans les méninges.

Clinique

• Céphalées intenses en masque, vomissement facile en jet sans effort, photophobie.
• Convulsion fébrile.
• Syndrome méningé
Raideur de la nuque, Signe de Kerning avec la surélévation des membres inférieurs qui déclenche une douleur rachidienne vive avec flexion invincible des genoux, Signe de Brudzinsky avec la flexion de la nuque provoquant une flexion des membres inférieurs.

Examen biologique

Examen cytobacterio-chimique du LCR après ponction lombaire
• Cytologie avec présence d’éléments nucléés.
• Chimie avec protéinorachie supérieur à 0.3g/l.
• Chimie avec hypoglycorachie inférieur à 0.5g/l.
• Bactériologie avec mise en évidence du germe responsable.

Diagnostic différentiel

• Neuro-paludisme.
• Hémorragie méningée.
• Pyélonéphrite aigue.

Complications

• Abcès cérébral.
• Encéphalites.
• Hydrocéphalie.
• Séquelles à type de surdité et cécité.

traitement

L’hospitalisation s’impose. Le traitement repose sur l’antibiothérapie par voie intraveineuse à laquelle s’associent les traitements anticonvulsivants et la rééquilibration hydro-électrolytique. La prophylaxie de l’entourage repose sur le prélèvement de gorge et la prescription d’antibiotiques en urgence.

Correctement et précocement traitée, la méningite purulente guérit le plus souvent sans séquelle.

Une gamme d’antibiotiques peuvent traiter l’infection, notamment la pénicilline, l’ampicilline, le chloramphénicol et la ceftriaxone. Dans les régions où les infrastructures et les ressources médicales sont limitées, le chloramphénicol huileux ou la ceftriaxone sont les médicaments de choix, car une dose unique suffit pour traiter efficacement la méningite à méningocoques.

Toutefois, les vaccinations de masse en temps opportun sont le moyen le plus efficace de limiter la propagation des épidémies. L’OMS a estimé que les vaccinations de masse ont réussi à éviter jusqu’à 70 pour cent des cas présumés dans des épidémies individuelles de méningite en Afrique.

QUELLES SONT LES CAUSES DE LA MÉNINGITE?

La méningite à méningocoques est très contagieuse. Les personnes infectées par la bactérie sont souvent porteuses de la maladie sans présenter de symptômes et elles la propagent par la toux et les éternuements. Le surpeuplement et la promiscuité augmentent le risque de propagation de la maladie.

Author Profile

Allen Nathalie
Allen Nathalie
Infirmière spécialiste en éducation thérapeutique