Symptômes du cancer du col de l’utérus

Il est possible que le cancer du col de l’utérus ne cause aucun signe ni symptôme au tout premier stade de la maladie. Les symptômes apparaissent souvent une fois que la tumeur s’est développée dans les tissus et organes voisins. D’autres affections médicales peuvent causer les mêmes symptômes que le cancer du col de l’utérus.

Les signes et symptômes du col de l’utérus comprennent ceux-ci :

  • saignements vaginaux anormaux, entre autres entre les menstruations, après la ménopause et à la suite de relations sexuelles
  • Pertes vaginales anormal
  • Pertes vaginales mañ
  • Menstruations inhabituellement longues ou abondantes
  • Saignement après un examen pelvien ou une douche vaginale
  • Douleur lors des relations sexuelles
  • Difficulté à uriner
  • Difficulté à aller à la selle
  • Fuite d’urine ou de selles par le vagin
  • Douleur dans la région pelvienne ou le bas du dos, qui peut descendre le long d’une ou des deux jambes
  • Enflure des jambes, souvent d’une seule jambe
  • Perte d’appétit
  • Perte de poids
  • Essoufflements.
  • Expectorations sanguinolentes
  • Douleur

Facteurs de risque

Le principal facteur de risque associé au cancer du col de l’utérus est le virus du papillome humain (VPH), qui se transmet sexuellement et qui infecte le col de l’utérus.

Voici d’autres facteurs de risque associés au cancer du col de l’utérus.

Le fait de devenir actif sur le plan sexuel à un jeune âge, d’avoir plusieurs partenaires sexuels ou d’avoir un partenaire qui en a déjà eu beaucoup.

Le tabagisme

Un système immunitaire affaibli par les médicaments à la suite d’une greffe ou le fait de souffrir d’une maladie comme le sida.

L’utilisation prolongée de la pilule anticonceptionnelle.

Le fait d’avoir de nombreux enfants.

La prise antérieure de diéthylstilbestrol (DES) ou le fait d’avoir une mère qui en a pris.

Que faut-il faire pour réduire les risques de cancer?

Ne fumez pas et évitez la fumée secondaire

Le tabagisme peut accroître les risques de développer les cancers de la bouche, de la gorge, du larynx, du col de l’utérus, du pancréas, de l’œsophage, du colon, du rectum, du rein ou de la vessie etc…
Les non-fumeurs exposés à la fumée secondaire présentent un risque élevé de souffrir d’un cancer du poumon et d’autres maladies respiratoires.

Mangez sainement

Les recherches montrent que près du tiers de tous les cancers sont peut-être liés à ce que nous mangeons et buvons. Il est recommandé de consommer de cinq à dix portions de fruits et de légumes par jour, car une alimentation riche en fruits et en légumes fournit à notre corps une grande diversité de substances pouvant prévenir le cancer. Consommez beaucoup de fibres de grains entiers et réduisez votre consommation de graisses alimentaires. Les gras insaturés constituent un choix santé, car ils protègeraient contre certaines maladies, comme les maladies du cœur et le cancer.

Les gras saturés et les gras trans (partiellement hydrogénés) sont des substances potentiellement nocives qui peuvent augmenter le taux de cholestérol sanguin et même accroître les risques de cancer. Si vous buvez de l’alcool, limitez vous à une ou deux consommations par jour. Il est reconnu qu’une trop grande consommation d’alcool peux endommager le foie, provoquer de l’hypertension et accroître les risques de certains types de cancer. L’alcool augmente aussi les risques de cancer du sein, de cancer colorectal, de cancer du foie et de cancer buccal. Les femmes enceintes ou qui allaitent devraient éviter l’alcool.

Réduisez votre exposition aux viandes carbonisées

Le fait de cuire des viandes à haute température produit certaines substances chimiques (appelées amines hétérocycliques ou AH) cancérigènes. Lorsque du gras de viande, de volaille ou de poisson brûle, des substances chimiques provenant de la fumée sont déposées sur les aliments.

Idéalement, vous devriez cuire la viande, la volaille et les fruits de mer à des températures plus basses, par exemple en les faisant braiser, mijoter, rôtir ou cuire à la vapeur.

Si vous utilisez un barbecue, choisissez des coupes plus maigres et retirez tout le gras visible. Cela réduira la quantité de substances chimiques nocives libérées dans la fumée de gras brûlé. Une saine alimentation contient peu de gras saturés et de gras trans. Réduisez au minimum votre consommation de viande rouge et de viandes transformées.

Pour prévenir la carbonisation, cuisez lentement au barbecue et tenez les aliments éloignés des charbons ardents pour éviter que les flammes touchent les aliments.

Selon certaines études, le fait de mariner la viande, ne serait-ce que de 10 à 20 minutes, peut réduire la formation de substances cancérigènes dans une proportion pouvant aller jusqu’à 90 %. Utilisez une marinade sans huile contenant un agent acide puissant, comme du jus de citron ou du vinaigre balsamique.

Faites régulièrement de l’activité physique

Des études donnent fortement à penser que l’exercice réduit les risques de cancers du colon et du sein. D’autres données moins concluantes établissent un lien entre l’exercice et la réduction du risque de certains autres cancers, notamment le cancer de la prostate et le cancer de l’ovaire. L’obésité constitue un facteur de risque pour de nombreux cancers. Il est important de réduire l’apport calorique et de faire plus d’activité physique pour prévenir l’obésité.
Protégez-vous ainsi que les membres de votre famille des rayons du soleil.

Le cancer de la peau est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué au Canada. Protégez-vous ainsi que les membres de votre famille du soleil, particulièrement entre 11 h et 16 h, lorsque les rayons du soleil sont les plus ardents, ou à toute heure du jour lorsque l’indice UV atteint 3 ou plus. Cherchez un coin ombragé ou créez votre propre zone d’ombre. Portez un chapeau, des lunettes de soleil (protection contre les UVA et les UVB) et des vêtements qui offrent une bonne protection. Utilisez un écran solaire (avec un facteur de protection solaire d’au moins 15). évitez d’exposer les bébés de moins de 12 mois aux rayons directs du soleil. Examinez votre peau régulièrement et signalez tout changement à votre médecin.

Tout comme le soleil, les lits de bronzage et les lampes solaires émettent des rayons ultraviolets (UV) qui déclenchent le processus de bronzage de la peau. Cela provoque des lésions cutanées, comme des coups de soleil, un vieillissement prématuré de la peau et des cataractes. Les coups de soleil, qu’ils soient causés par le soleil, les lits de bronzage ou les lampes solaires, augmentent les risques de cancer de la peau non mélanique et de mélanome malin.

*******************
Miss Allen nathalie

Author Profile

Allen Nathalie
Allen Nathalie
Infirmière spécialiste en éducation thérapeutique